Lieu de culte

Sur le plateau de Sion, dès la période gauloise, les hommes venaient honorer Rosmertha, déesse de la fécondité. Les gallo-romains y ont plus tard édifié un temple à Mercure, dieu du commerce. Un des premiers témoignages du christianisme en Lorraine, au Ve siècle, a aussi été découvert à Sion. 

Sion s'est révélé très tôt un lieu de dévotion populaire. Il s'affirme comme un lieu dédié à la Vierge Marie à partir du Xesiècle. Une église paroissiale y est édifiée. On vient invoquer la Vierge pour se protéger des calamités (guerres, peste, choléra, famine...)

Plus tard, les pélerinages se développent sous l'influence des comtes de Vaudémont, devenus ducs de Lorraine. Ils feront construire un couvent au XVIIe siècle pour y installer une communauté de Tiercelins qui quitteront les lieux à la Révolution. 
Après l’épisode mouvementé des frères Baillard de 1835 à 1852 - une hérésie racontée dans l’ouvrage de Maurice Barrès "La colline inspirée" -, le sanctuaire est confié à la congrégation des pères Oblats de Marie Immaculée.

Depuis leur départ en 2006, l’animation du sanctuaire est confiée au recteur de la basilique, avec son équipe de laïcs et de bénévoles, en lien avec les Sœurs Clarisses.

Basilique Notre-Dame de Sion

Basilique Notre-Dame de Sion - J. Barbier - CD54

Au Xe siècle, l'évêque saint Gérard de Toul construit l'église paroissiale de Sion et fait placer une statue de la Vierge derrière l'autel.

Vers 1306, le huitième comte de Vaudémont - Henri III - bâtit le choeur actuel où sera placée la nouvelle statue de la Vierge allaitant l'enfant Jésus. Elle sera détruite à la Révolution et remplacée par la statue actuelle de la Vierge.

En 1741, les religieux Tiercelins dotent la basilique d'une nef plus grande permettant d'accueillir la foule des pèlerins. 

La tour qui se dresse au dessus du porche de la basilique a été achevée vers 1870 et surmontée d'une statue monumentale de la Vierge.

La statue de la Vierge Marie

En 1871, une statue monumentale de la Vierge Marie fondue dans les ateliers de Vaucouleurs est hissée en haut de la tour de 45 mètres. Elle est restaurée en 1999.

  • Hauteur : 7 mètres
  • Poids: 8 tonnes
  • Distance entre les mains de la Vierge : 3,20 mètres

La statue a été construite par les Ateliers Martin Pierson à Vaucouleurs et coulée à l’usine de Tusey. Elle est composée de 5 pièces boulonnées entre elles. Arrivée de Vaucouleurs le 26 avril 1871, elle se brisa suite à la rupture d’un câble qui la hissait en haut de la tour. Il fut nécessaire de la refondre et recommencer la manipulation.

La deuxième ascension eut lieu le 9 septembre 1871.