Vous êtes ici :   Cité des paysages  >    La colline de Sion-Vaudémont  >    Géologie et fossiles  >  Le mystère des étoiles de Sion

Le mystère des étoiles de Sion

Quelques "étoiles de sion" © N Gruel - CG54

Les "étoiles de Sion" sont des fragments d'encrines fossilisés. Les encrines (appelées également crinoïdes) étaient des animaux vivant il y a plus de 200 millions d'années lorsque la Lorraine, à la période du Jurassique, était recouverte par une vaste mer chaude.

Les encrines

Appelées parfois "lys de mer", les encrines sont proches des étoiles de mer et des oursins actuels. Elles font partie des échinodermes.

Vivant en colonies, fixées par des sortes de crampons sur les fonds marins, ces animaux utilisaient leurs bras tentaculaires pour se nourrir. Les encrines s’alimentaient en filtrant les petits organismes en suspension dans l’eau.

Les articles empilés du pédoncule - appelé aussi tige - se sont désarticulés et accumulés avec les sédiments. Ils ont été conservés dans les roches sédimentaires qui se sont formées lorsque la mer s’est retirée. Ce sont ces articles que l'on retrouve aujourd'hui dans les roches.

Les étoiles, fragments de crinoïdes fossilisés, sont abondantes, en Lorraine, dans les roches calcaires du jurassique. Ce sont des témoins de la période du bajocien inférieur.

La légende du Saut de la Pucelle

Une légende raconte qu’un soir, une jeune princesse de Vaudémont, montée sur un cheval blanc, suivait la crête de la montagne, au retour de sa pieuse visite à la Vierge de Sion.

A mi-chemin, elle vit surgir de la forêt un cavalier qui, sans doute, la guettait. A son allure, elle comprit qu’il voulait se saisir d’elle et l’outrager. Saisie de frayeur, elle pressa sa monture mais le félon gagna de vitesse et allait l’atteindre. La jeune fille s’écria « Bonne Vierge de Sion, sauvez-moi ! ».

Elle s’élança dans le ravin profond et son cheval tomba debout sur une large
pierre, où il marqua profondément les quatre fers de ses sabots. Au même moment, la Vierge saisit dans le ciel une poignée d’étoiles que la nuit tombante venait d’allumer et les jeta dans les yeux du cavalier et de sa monture qui, aveuglée, se cabra et tourna bride.

Depuis ce soir là, nous trouvons par myriades des étoiles dans le sol de la colline.

Recherche

Légende

  • Un proverbe dit que les jeunes filles qui grattent le sol et récoltent neuf étoiles sont assurées de trouver un mari dans l’année.